BUREAU DE L'OMBUDSMAN


Journée sombre pour la démocratie à Gatineau

« C’est avec force que je me dissocie totalement du rapport de la Vérificatrice générale de Gatineau contre le Bureau de l’Ombudsman. » C’est en ces termes non-équivoques que s’est exprimée la conseillère municipale du district St-Raymond – Parc-de-la-Montagne et mairesse suppléante de Gatineau à propos du rapport déposé hier par la Vérificatrice générale pour porter un jugement sur les travaux du Bureau de l’Ombudsman.

Madame Boudrias a d’abord souligné que la Vérificatrice générale de Gatineau n’a aucun mandat pour analyser ainsi le bureau de l’Ombudsman. « En détournant ainsi le rôle de la Vérificatrice générale, le maire de Gatineau a réussi à en faire un instrument politique pour miner la crédibilité d’un organisme qui par le passé à critiqué son administration. » a mentionné madame Boudrias.

Ce rapport de plus de 30 pages, qui a été présenté aux élus en seulement une vingtaine de minutes durant un huis clos, ne présente que les impressions de la Vérificatrice générale. « Je m’insurge aussi contre le fait que la Vérificatrice et le maire aient choisi de présenter le rapport à huis clos, bâillonnant ainsi les élus qui ne peuvent plus, de manière transparente, rapporter aux citoyens les discussions entourant ce dossier » a précisé madame Boudrias.

La mairesse suppléante de Gatineau a aussi exprimé son profond malaise face au procès public d’une professionnelle du Bureau de l’Ombudsman de Gatineau.

« En toute justice, le Bureau de l’Ombudsman devrait maintenant avoir autant de temps pour se défendre que la Vérificatrice générale en a eu pour l’évaluer. Le conseil municipal et les citoyens devraient recevoir du Bureau de l’Ombudsman son rapport sur 2017 ainsi que sa réaction face aux rapports de la Vérificatrice générale. » a suggéré Louise Boudrias. La conseillère municipale a poursuivi en spécifiant que ces présentations devraient être libres et publiques plutôt que dans le secret d’un huis clos qui ne sert qu’à empêcher les conseillers municipaux de faire valoir leur questionnement.

Messages Récents

© Louise Boudrias, 2015. Tous droits réservés

Habiter mon quartier